Questions de société

Le nouveau génie urbain, de  Bernard Stiegler et Saskia Sassen

Reconfigurés par le processus d’hyper industrialisation, les villes et les territoires tentent de répondre aux défis presque inconcevables que constitue l’Anthropocène en se mettant en réseau à l’image des open cities ou des « territoires et villes en transitions ». Mais dans le même temps, les smart cities, généralement présentées comme solution à tous les problèmes urbains, s’imposent sans concertation citoyenne, et leurs promoteurs font de l’espace public un marché privé au détriment de l’intérêt collectif des localités qu’ils disruptent. Cela affecte les conditions de l’aménagement du territoire, de la gestion et des services, tout autant que l’économie urbaine et les politiques locales. Cet ouvrage, dirigé par Bernard Stiegler, apporte une double contribution essentielle : la première est l’analyse du problème crucial de la restitution de la souveraineté numérique aux individus et aux puissances publiques face à la montée en puissance des plateformes digitales (GAFAM) ; la deuxième propose une description des profonds changements causés par un déploiement immature des nouvelles technologies digitales. Sur ces bases, il est impératif de développer des savoirs (savoir-faire, savoir-vivre et savoir-théoriser) prescripteurs de pratiques et usages nouveaux que ces technologies ouvrent, afin de reconstruire par la contribution des singularités territoriales. Une énorme transformation est en cours dans le domaine des technologies urbaines qui pourrait conduire à une véritable refondation du développement urbain, et avec lui, à une refondation de la démocratie en général, en particulier en milieu citadin. Faute de politiques appropriées réaffirmant la puissance publique, cette nouvelle « révolution urbaine » et territoriale promet au contraire d’être profondément inurbaine — c’est-à-dire dénuée d’urbanité, et donc inhumaine, la ville devenant une jungle technologique.

lire la suite »
Décrochage . Comment l’intelligence artificielle fabrique de nouveaux esclaves

La succession de crises financières, politiques et écologiques a conduit nos économies et nos sociétés à s’adonner au « solutionnisme technologique » et à se laisser gouverner par une machinerie algorithmique, qualifiée d’« intelligence artificielle ». À partir de l’exemple de l’industrie aéronautique, où les systèmes autonomes et le couple homme-machine se substituent désormais à l’intelligence et à la décision humaines, Romain Kroës démontre que la quête de la prédictibilité et les outils d’intelligence artificielle sont le fruit d’une utopie productiviste qui se traduit, dans les faits, par une diminution de la productivité, une panne de l’innovation, la destruction de nos emplois, et par une nouvelle servitude. Il explique comment notre économie et nos industries se retrouvent prises au piège du remplacement illimité du coût du travail humain par l’automatisation. Le décrochage de cette idéologie est devenu une nécessité politique, écologique et sociale : ne laissons pas l’intelligence artificielle piloter nos vies !

lire la suite »
 Les nouveaux cobayes. Comment les entreprises génèrent précarité et mal-être au travail

Bureaux décloisonnés, méthode Agile, jeux de rôles dégradants, convivialité forcée, précarité… Bienvenue dans votre nouvel emploi ! Derrière la vitrine des startups aux couleurs acidulées, du happy management, des baby-foot et des collations gratuites se cache en réalité une refonte radicale du contrat social entre employeurs et employés. Une culture du travail infantilisante s’installe qui transforme les salariés en serfs, révocables à souhait, ou en auto-entrepreneur au service de l’économie des petits boulots. Dans un style concis, teinté d’un humour décapant, Dan Lyons dresse un constat féroce sur ce qu’est devenu le monde du travail aujourd’hui. Il révèle les dessous des nouvelles théories fumeuses, avec leur jargon ridicule, inventées par les gourous du management et les oligarques de la Silicon Valley. Leurs doctrines génèrent des environnements de travail toxiques et profondément déshumanisants. Au terme de cette enquête alarmante, Dan Lyons propose des solutions concrètes pour remettre un peu de bon sens dans cette « nouvelle économie ». Il plaide pour un entrepreneuriat à impact social, où les entreprises sont responsables plutôt que d’être les pantins du capitalisme actionnarial.

lire la suite »
Pour en finir avec la fracture numérique

L’accès à l’internet n’est pas qu’un simple progrès technique, mais doit être considéré comme un progrès social.

lire la suite »
Le référendum d’initiative citoyenne (RIC) expliqué à tous

En s’appuyant sur des connaissances solides et un retour d’expérience, l’ouvrage expliqueles conditions de ka mise en place concrète du RIC

lire la suite »
Le business des droits TV du foot. Enquête sur une bulle explosive –

Le foot à la télé : tous pirates ou tous pigeons ?

L’escalade ininterrompue des droits TV du foot semble irréversible. Cette surenchère entraîne des coûts de plus en plus importants pour les téléspectateurs. Elle pousse les fans vers des solutions illégales, telles que les offres IPTV ou les sites de streaming.
Comment en est-on arrivé là ? Cette bulle va-t-elle exploser ?
Cet ouvrage apporte un éclairage inédit sur les mécanismes de ce marché très particulier, sur son histoire et sur les motivations des acteurs (télés à péages, opérateurs télécom, agences, GAFA, etc.) qui ont participé à cette inflation. En s’appuyant sur …

lire la suite »
Le désenchantement de l’internet.  Fake news, désinformation, rumeur et propagande

Le désenchantement de l’internet. Fake news, rumeur, propagande et désinformation. De romain Badouard

Internet est-il devenu l’ennemi de la démocratie ?

Rumeur, fake news, harcèlement, propagande, surveillance généralisée…, le débat public en ligne s’est transformé en véritable champ de bataille. Pourtant, il y a encore une dizaine d’années, on louait l’exemplarité de l’internet comme étant l’outil d’un renouveau démocratique. Comment expliquer ce retournement ?

Cet ouvrage propose une synthèse claire et pédagogique sur les enjeux politiques de l’internet. L’auteur montre que le pouvoir se loge au coeur même des technologies. Internet porte en lui un modèle communautariste qui favorise les clivages. Dans cet univers profondément conflictuel,l’enjeu n’est plus d’échanger, mais d’occuper l’espace. La dérégulation généralisée du marché de l’information fait peser de sérieuses menaces sur l’exercice de la liberté d’expression.

C’est la défense de l’internet comme bien commun qui est en train de se jouer aujourd’hui. Et parce que le numérique est l’affaire de tous, c’est aussi l’avenir de nos démocraties dont il est question.

Commandez le maintenant pour bénéficier du prix de lancement de 12 euros TTC.  Offre valable jusqu’au 15 septembre. Vous recevrez l’ouvrage à partir du 31 août.

lire la suite »
L’identitarisme contre le bien commun. Autopsie d’une société sans objet

Dans cet essai, Michel Pinton nous livre un véritable manifeste pour la défense du bien commun.

lire la suite »
Tiers-lieux, fablab, hackerspaces. Et plus si affinités

« J’ai exploré les tiers-lieux en essayant de comprendre comment s’organisent ces individus, ce qu’ils redoutent, ce qu’ils espèrent. J’ai étudié sur le terrain ces populations émergentes, avec leurs coutumes et leurs mœurs. J’ai utilisé leurs services, leurs outils, leurs référentiels juridiques et politiques. J’ai participé à la création des services, produit des textes, alimenté des réflexions. J’y ai trouvé des amis, des emplois, des méthodes, des axes de recherche, et ma compagne. J’ai vécu comme eux, voyagé, consommé, rencontré les mêmes angoisses, les mêmes joies. Et c’est un engrenage, car ils explorent une autre manière de vivre en société, de penser les organisations et la création de valeurs. C’est une pratique quotidienne, et, lorsque l’on commence à s’y frotter, peu importe sa viabilité à long terme, il est difficile de faire marche arrière. » Ce livre est le résultat de près de cinq années de recherche sur le terrain. Antoine Burret retrace l’origine des tiers-lieux et analyse leurs racines philosophico-politiques. Il décrit comment, dans une société gouvernée par l’information, ils sont devenus des lieux de vie et de production. Il montre que la manière de travailler et de vivre qu’ils proposent débouche sur des modèles de création entrepreneuriale très éloignés du schéma directeur des start-up. Cet ouvrage apporte un éclairage essentiel pour comprendre l’avènement d’une économie collaborative où l’individu se retrouve entrepreneur de soi, où les modes de travail et de salariat issus de la révolution industrielle se sont radicalement transformés.

lire la suite »
Hâte-toi lentement. Sommes nous programmés pour la vitesse du monde numérique ?

Sommes nous programmés pour la vitesse du monde numérique ?

Nous vivons dans un monde où le temps semble se réduire de plus en plus.
Sous l’action de la technologie et de la marchandisation, nous sommes toujours connectés, sollicités à répondre et à réagir avec empressement à des courriels, tweets, SMS, vidéos, happés par une véritable frénésie visuelle et cognitive.
Nous oublions que le cerveau a des mécanismes lents et, dans la tentative d’imiter les machines rapides, nous sommes confrontés à de nombreuses frustrations. La culture de la rapidité domine dans les relations et les décisions ; l’action immédiate l’emporte sur la réflexion. Même la politique et l’éducation subissent ce changement.
Dans ce best-seller international, au style soigné et accessible, Lamberto Maffei, neuroscientifique éminent, démontre que c’est la nature même de notre cerveau qui n’est pas adaptée à cette précipitation. Il nous invite à redécouvrir les potentialités et les avantages d’une civilisation pratiquant la réflexion, basée notamment sur le langage et sur l’écriture, et à redonner la priorité au temps du cerveau plutôt qu’à celui des machines.

Lamberto Maffei est président de l’Académie des Lyncéens — la plus ancienne académie scientifique d’Europe — et professeur émérite de neurobiologie à l’Ecole normale supérieure de Pise.
Il a été directeur de l’Institut de neurosciences du CNR (Conseil national de la recherche) et a participé à de nombreux travaux de recherche, notamment au Collège de France, au MIT et à l’université d’Oxford.

lire la suite »