A paraitre

Supercroissance – La stagnation séculaire n’aura pas lieu

Supercroissance – La stagnation séculaire n’aura pas lieu, de Faÿçal Hafied.

Après la crise financière de 2008, l’inefficacité des plans de relance, des politiques monétaires accommodantes et l’accentuation des inégalités sociales conduisent à s’interroger sur la capacité des États à contrôler l’économie.
Un irrésistible sentiment de déclin s’est installé. L’ubérisation de l’économie s’est avérée être destructrice de nombreux emplois.
Les cols bleus sont menacés par les robots et les cols blancs sont également dans le collimateur de l’intelligence artificielle.
La « quatrième révolution industrielle » ne tiendrait pas ses promesses en matière d’emploi et la prospérité attendue n’est pas au rendez-vous.
Faÿçal Hafied affirme que le spectre d’un enlisement dans une « stagnation séculaire » n’est que le produit d’un système de pensée devenu obsolète : nous sommes au contraire à la veille d’une croissance sans précédent dans l’histoire du capitalisme.
Il démontre que nous traversons en réalité une époque de « destruction créatrice » hors du commun, et que s’ouvre un âge d’or de l’innovation (blockchain, deep learning, lean startup, innovation radicale, impôt négatif universel, etc.). Même si cette transition s’accomplit dans la douleur, l’économie centralisée actuelle va laisser place à un nouveau modèle de société, collaboratif et participatif, socle d’une croissance considérable soutenue par un progrès inédit.

Faÿçal Hafied est essayiste, spécialiste du financement de l’innovation, du capital-risque et de l’évaluation des start-ups. Il intervient régulièrement dans les médias et les think tanks.

lire la suite »
Éloge de la rébellion. Contre la ploutocratie

Éloge de la rébellion. Contre la ploutocratie de Lamberto Maffei

par l’auteur de « Hâte-toi lentement »

« Une société dans laquelle la peur des autres s’immisce même au niveau des institutions, une société qui défend sa propre identité, c’est-à-dire ses privilèges, en souhaitant être protégée par un État policier plutôt que par un État de droit, me semble myope et bien loin de pouvoir améliorer les conditions de vie, y compris les siennes.
La raison ne veut pas de révolutions, elle veut des droits — auxquels beaucoup ne consentent que pour la forme, hypocritement. Une éducation, une justice et un système de santé qui seraient les mêmes pour tous, voilà la grande révolte. »

Lamberto Maffei est vice-président de l’Académie des Lyncéens — la plus ancienne académie scientifique d’Europe — et professeur émérite de neurobiologie à l’École normale supérieure de Pise. Il a été directeur de l’Institut de neurosciences au CNR (Conseil national de la recherche italien) et a participé à de nombreux travaux de recherche, notamment au Collège de France, au MIT et à l’université d’Oxford.

lire la suite »
La Sécu à tout prix ! Financer un modèle social pour tous.

La Sécu à tout prix. Financer un modèle social pour tous

Pilier de notre modèle social, la « Sécu » est ébranlée par le vieillissement de la population et la globalisation de l’économie.
La transformation du marché du travail et l’« ubérisation » sapent son financement assis sur la croissance de l’après-guerre. Gouvernements et politiques invoquent sans relâche le mantra de la réduction des charges sociales, tandis que la majorité des Français réclame un système social simplifié et plus transparent.
Cet ouvrage, très documenté, retrace les racines et les évolutions du financement de la sécurité sociale : assurance maladie, retraites, allocations familiales, CSG, TVA sociale, RSI, CICE, etc. Il décrypte ses mécanismes, les arcanes de son organisation. Benoît Bost balaie les idées reçues et apporte des réponses claires : ce modèle est-il encore soutenable ? Quelles transformations sont indispensables ? La baisse ou l’augmentation des charges sociales influe-t-elle sur l’emploi ? Peut-on reconstruire un modèle social juste et garant de notre cohésion sociale ?
C’est un livre indispensable pour comprendre les ressorts de la Sécu, l’adapter au contexte économique et social, et prévoir ses évolutions.

Diplômé de l’École nationale supérieure de sécurité sociale (EN3S), Benoît Bost est, depuis dix ans, cadre dirigeant d’un organisme de sécurité sociale. Chargé de cours à l’université, il intervient dans des cycles de formation et de perfectionnement destinés aux élus et aux professionnels.

lire la suite »
Allemagne : l’hégémonie vulnérable d’une superpuissance

Allemagne, l’hégémonie vulnérable d’une superpuissance, de Gian Enrico Rusconi

L’Allemagne, le pays le plus grand et le plus riche de l’Union européenne, se souciait plus de sa compétitivité et de sa croissance que de son rôle sur la scène internationale.
Forte de sa suprématie économique, sa ligne politique était en phase avec son dicton : « Épargner d’abord, acheter ensuite. »
Aujourd’hui, avec les crises et les tensions internationales, l’Allemagne est confrontée à la réalité de son hégémonie et à des voisins qui veulent lui arracher des concessions au nom de la « solidarité européenne ».
Cet ouvrage retrace l’histoire de l’hégémonie allemande, de Bismarck à nos jours, et analyse la manière dont cette nation est devenue la « puissance du centre » en Europe.
Mais « trop grande pour équilibrer les puissances et trop petite pour l’hégémonie », l’Allemagne, incapable aujourd’hui d’assumer un rôle politique, pourrait faire voler en éclats l’unité européenne.

Gian Enrico Rusconi est historien, politologue et philosophe, spécialiste de l’histoire de l’Allemagne.
Lauréat de la médaille Goethe, il est l’auteur d’ouvrages de référence traduits dans de nombreux pays. Professeur émérite de science politique à l’université de Turin, il est éditorialiste pour le quotidien La Stampa.

lire la suite »

n véritable manifeste pour sortir de l’impasse et des tensions actuelles. Rebellons-nous pour éviter que la société s’embrasse.

lire la suite »
La singularité technologique

L’intelligence artificielle : menace apocalyptique ou ange gardien ?

lire la suite »
Sport Power : les influences du sport – Marie-Cécile Naves, Julian Jappert

Les coulisses et rouages d’un nouveau pouvoir : le Sport Power !

lire la suite »
L’avènement des machines – La technologie et la menace d’un avenir sans emploi

Que seront les emplois du futur ? Combien seront créés ? Pour qui ? Avec L’avènement des machines, dans l’esprit d’Evgeny Morozov (Pour tout résoudre cliquez ici, FYP Éditions), Martin Ford nous informe sur les risques que l’automatisation transforme notre économie et notre culture de manière néfaste.

Avec l’arrivée massive des machines intelligentes, nous pourrions espérer que cela se déroule comme durant la dernière révolution industrielle : tandis que certains emplois disparaissent, d’autres sont créés, en plus grand nombre, grâce aux innovations. Martin Ford démontre que cela n’est absolument pas le cas. La technologie continue d’accélérer à un rythme effréné, et comme les machines commencent à « prendre soin d’elles même », moins de personnes seront nécessaires à leur entretien. L’intelligence artificielle commence déjà à rendre certains emplois obsolètes : de nombreux juristes, journalistes, employés de bureau, programmeurs informatiques, et même des activités des secteurs de la santé et de l’éducation sont petit à petit remplacés par des robots et des logiciels intelligents. Face à la croissance exponentielle des progrès technologiques, les emplois qui disparaissent aux profits des machines ne touchent plus seulement les cols bleus, mais aussi les cols blancs, précarisant de plus en plus la classe moyenne. L’automatisation généralisée pourrait conduire à une concentration plus importante des revenus dans les mains d’une petite élite et mener à une spirale déflationniste parce que les salaires sont le principal mécanisme de distribution du pouvoir d’achat aux consommateurs. Cela pourrait rapidement conduire à un chômage massif généralisé, une augmentation des inégalités, ainsi que l’implosion de l’économie basée sur la consommation, épine dorsale de notre système économique.

Dans cet ouvrage — best-seller du New York Times, lauréat 2015 du prestigieux prix « Business Book of the Year » Financial Times-McKinsey, « Top Business Book » du magazine Forbes et classé comme l’un des 12 livres majeurs sur la technologie par NBC —, Martin Ford détaille ce que les machines intelligentes et la robotique peuvent accomplir et décrit leurs conséquences. Il explique pourquoi nous devons choisir dès maintenant notre voie : un avenir qui veut la prospérité pour tous ou, à l’inverse, un accroissement massif des inégalités et de l’insécurité économique. Ni anti-technologie ou anti-progrès, Ford donne des solutions pragmatiques pour que nous puissions poursuivre le progrès technologique, mais aussi adapter notre système économique à la nouvelle réalité de l’intelligence artificielle. Il défend l’idée d’un revenu universel de base : en donnant à tous la possibilité d’un revenu garanti, cela favoriserait une économie plus dynamique et entrepreneuriale, notamment pour les millions de gens de toute classe sociale et tout âge qui doivent désormais créer leur propre activité pour disposer d’un revenu. L’avènement des machines est une lecture essentielle pour tous ceux qui veulent comprendre ce que l’accélération de la technologie produit sur nos perspectives économiques à court terme, ainsi que pour la société dans son ensemble. Un livre incontournable pour les milieux économiques, politiques et technologiques.

lire la suite »